Historique et fondements du réseau, passation de pouvoir

Un peu d’histoire…

Cette aventure est née en 1993, dans la région lyonnaise, de la dynamique du groupe dans lequel je faisais ma formation de base. Animés du souhait de nous retrouver entre nous, ce qui nous a notamment permis d’aller ensemble en Andorre, en 1996 (14 de la même promotion sur les 30 présents dans un même bus que nous avions affrété et appelé la “10-ligence” en mémoire du n° de notre promotion à l’école). Nous souhaitions nous réunir en dehors de l’espace de formation habituel pour travailler à notre façon autour de ce qui était notre passion commune, la Sophrologie. Ces réunions ont commencé en novembre 1994 pendant les deux années suivant notre formation de base ; puis à partir de décembre 1995 ce fut avec des élèves d’autres promotions (14, 15, 16, 17, etc. nous rejoignant par le bouche à oreille) et enfin dès 1996 des sophrologues issus d’autres écoles, d’autres promotions ou encore rencontrés en Andorre lors des formations master ou master spécialiste, universités d’été ou divers stages de complément de formations caycédiennes ou non, tout ceci au rythme en moyenne d’une réunion tous les 1 à 2 mois pour des soirées. Cela ne concernait bien sûr à l’époque que des personnes résidant autour de Lyon.

Comme il me paraissait opportun d’essayer de réunir un plus grand nombre de participants et que pour cela mon seul fichier personnel des sophrologues rencontrés au fil de ces formations me paraissant peut-être un peu étriqué pour élargir ce réseau naissant, par l’intermédiaire de l’un de mes formateurs, je lui signalais ce que beaucoup parmi nous ressentions, à savoir l’envie de se retrouver entre sophrologues, afin de rompre l’isolement dans lequel nous nous trouvions assez souvent à la fin de notre cursus, que ce soit la formation de base réductive, le cycle radical ou existentiel, et éprouver ainsi la groupéité. Il a accepté de me livrer à l’époque un fichier d’adresses de ses diverses promotions. Et c’est ainsi que lors d’une réunion avec différents sophrologues, j’ai décidé de mettre en route une première grande rencontre qui serait par ailleurs également ouverte à tout sophrologue de notre connaissance, caycédien ou non.

Sont donc nées en 1999 les “journées de La Parenthèse“, prolongement naturel des “soirées” permettant également dans un 3ème temps en 2002 l’organisation des “journées spéciales“.

Le journal, quant à lui est une extension logique du journal interne de ma promotion de départ intitulé “10-fusion”, il a permis de garder le lien, même à distance, comme une autre forme d’échange, permettant à la fois de servir de moyen de communication, de fixer des rendez-vous, d’en rendre compte et de diffuser diverses informations. Il est né sous l’appellation “La Parenthèse” lors de la fin du cycle existentiel en Andorre en octobre 1996 permettant ainsi de garder le contact avec les sophrologues que j’avais rencontrés chez le Pr Caycedo. Au début de cette aventure, sous forme “papier”, il a bien failli s’éteindre fin 1997, faute de retours pour l’alimenter, et surtout de n’être qu’un journal et donc un espace un peu trop virtuel dans ce monde de la Sophrologie qui tourne autour de la “Chair”. Après donc une brève fermeture de cette première parenthèse m’amenant à une réflexion sur le sujet, j’ai pu la rouvrir en mars 1999, avec comme incarnation du réseau les journées de rencontre. Ce journal est devenu rapidement électronique (papier ou électronique en 2003 puis exclusivement électronique depuis 2005) et son extension est née sous la forme d’un site (en juillet 2003) regroupant le contenu des différents journaux depuis la création de “La Parenthèse”, permettant ainsi à toutes et tous l’accès aisé aux journaux, anciens ou nouveaux, sans avoir besoin d’en passer par des rééditions fastidieuses et coûteuses (sous format papier) qui m’étaient régulièrement demandées.

A travers le mode de fonctionnement de ce “réseau de la parenthèse” (et non pas une association donc sans aucune cotisation obligatoire ni contraintes administratives ou autres pour ces membres), j’essaie de maintenir le lien entre les différents membres en proposant des tarifs non dissuasifs (15 à 25 € la journée servant à permettre le fonctionnement de l’ensemble du réseau), la gratuité des soirées, la gratuité de l’accès au journal, aux infos et aux messages divers, l’inscription gratuite au réseau, l’ouverture à tous les courants de la sophrologie. Ce qui me paraît important, c’est d’essayer de maintenir également une certaine liberté de participation, active ou passive selon la motivation de chacun, dans une présence de proximité ou d’éloignement, sans obligation aucune de la part de ses membres.

Les Journées de La Parenthèse

Nous en sommes à préparer la 44e journée de “La Parenthèse” pour le 1 Février 2020, la première journée réellement organisée datant du 27 Mars 1999.

Elles se déroulent deux fois par an sous une forme tournant autour de propositions d’ateliers, d’exposés, de temps d’échanges et de pratiques diverses tout cela étant animé à chaque fois par un “noyau” organisateur différent se renouvelant au gré du volontariat. Dans ce cadre, les intervenant(e)s sont donc toutes et tous des membres du réseau et nous proposent d’expérimenter diverses activités en s’appuyant sur leurs propres capacités, leurs compétences, leurs richesses, leurs singularités.

Toutes ces journées ont donné lieu à compte-rendu très détaillé dont vous trouvez les articles dans les différents journaux et sur le site (rubrique “Contenus” ou “Archives”).

Les Rencontres Spéciales

Ces journées-là, par contre, font l’objet de comptes rendus également détaillés qui ne sont accessibles qu’à celles et ceux qui y ont participé, à la demande des intervenants et par respect pour leur activité professionnelle. Je suis donc en contact avec d’autres “Référents” du monde de la Sophrologie pour nous permettre à leur contact de nous enrichir et de proposer ainsi deux journées spéciales par an animées par diverses personnalités du monde de la Sophrologie ou de domaines qui me semblent être en lien avec ce qui nous rassemble tant du point de vue du pratiquant que du professionnel.

Liste des rencontres spéciales :

1. « La cohésion » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2002

2. « Apprivoiser son ombre » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2003

3. « La dynamique du pardon » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2004

4. « Intuition et créativité » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2005

5. « Savoir s’affirmer » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2006

6. « La philosophie de la démarche sophrologique de Platon à Caycedo » avec Christiane Oppikofer en octobre 2007 (2 jours)

7. « L’intelligence du corps » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2007

8. « La loi de l’attraction » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2008

9. « La sophrologie de 1960 à 2008 : Isocay… Quèsaco ? » avec Bernard Barel en janvier 2009

10. « La libération des mémoires par le son et les fréquences » avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez décembre 2009

11. « La prétérisation comme l’actualisation d’un futur qui se profile… » Bernard Barel en janvier 2010 (2 jours)

12. « L’amorce des fondements phénoménologiques de la sophrologie » avec Richard Esposito en mars 2010

13. « Du corps à l’être, je rayonne la vie » avec Geneviève Manent en novembre 2010 (2 jours)

14. « Devenons les bergers du dasein » avec Christiane Oppikofer en mai 2011 (2 jours)

15. « La vivance… et après ? » avec Bernard Barel en novembre 2011 (2 jours)

16. « Le 1er degré, le chemin est tracé… » avec Charles Roda en février 2012 (2 jours)

17. « Emostress® »- avec Michel Debelle en octobre 2012  

18. « La relaxation outil d’intégration »avec Geneviève Manent en octobre 2013 (2 jours)

19. « Accepter ce qui est »avec Claudia Sanchez et Ricardo Lopez en décembre 2013

20. « Sophrologie et Sommeil : pour aller vers une nouvelle ère de repos ! L’apport de la Sophrologie dans les Troubles du Sommeil à partir de 50 ans. »avec Clémence Peix-Lavallée et Mireille Barreau en mai 2014

21. « La communication du sophrologue » avec Patricia Browne en janvier 2015

22. « La Pyramide des Valeurs » avec Christiane Oppikofer en juin 2015 (2 jours)

23. « Augmentez votre capacité de mémorisation grâce à une meilleure concentration » avec Colleen Feis-Besch en mars 2016

24. « La relation d’accompagnement au coeur de notre métier de sophrologue » avec Patricia Browne et Roger Daulin en novembre 2016

25. « Les Addictions » avec Nadine Baude et Claire Potié en mars 2017

26. « Maître Eckhart (1260-1327) : vivre la réduction radicale » avec Christiane Oppikofer en mars 2017

27. « La Biodanza » avec Mathieu Tournoud en janvier 2018

28. « Sophrologie et deuil » avec Patricia Ferrante en juin 2018

29. « Se relaxer du corps à l’être au sein de l’univers » avec Geneviève Manent en novembre 2018

30. « Le SDN, comment et pour quoi ? » avec Charles Roda en mars 2019

31. « Emoticartes » avec Patrice Iacovella en mai 2019

32. « Performance Sportive et Sophrologie » avec Matthieu Wiart en novembre 2019

33. « Et si vous osiez vivre l’Hypnose autrement ! Si l’hypnose m’était contée par une sophrologue » avec Karine Magnette le 14 mars 2020

(En tout ont été organisées en termes de Rencontres 44 + 33 (dont 10 doublées) = 77 rencontres en 86 journées)

 Autres rencontres initiées par le Réseau

Des groupes d’Intervision (de 6 à 15 personnes dans chaque groupe) ; depuis novembre 2008 pour le premier groupe (rythme de 4 à 5 par an)

« Training Santé » avec Bernard Barel en mars 2009 à Grigny (organisatrice Danielle Ballet) ; 1 groupe de 20

« Réactualisation du cycle réductif en Sophrologie Caycédienne » avec Bernard Barel en Novembre 2009 à Grigny (organisatrice Bénédicte Sandevoir) ; 1 groupe de 20

« L’Entretien Phénoménologique : Mise en place de l’Alliance » avec Patricia Cora en Avril 2011 à Vaulx-en-Velin (organisateur Michel Billard) ; 1 groupe de 10

« Prendre Soin de la Parole de l’Autre » avec Richard Gauthier en janvier-février 2014 à Vaulx-en-Velin (organisateur Michel Billard) ; 3 groupes de 12

« Ancrage et anti-stress par la réflexologie canadienne » avec Nathalie Siméon entre avril et juin 2017 (organisateur Michel Billard) ; 4 groupes de 10

Les Soirées

Et pour vous mettre en appétit, voici les différentes pratiques que nous avons pu expérimenter au cours des soirées effectuées jusqu’alors depuis le 1er décembre 1995 (la 101ème a eu lieu en novembre 2016 ; certaines, les plus récentes, étant transcrites, à rajouter à la liste des séances des journées, voir dans le journal ou sur le site à “Contenus” ou “Archives” ou “Séances”) :

rdc1 énergétique, les 4 invités, rdc2 et le toucher, le totem, rdc1 et l’image de l’arbre, maison intérieure, rdc1 tête et toucher, rdc2 odorat l’ouïe et imaginaire sur les cinq sens, la grotte du passé, training autogène pesanteur et chaleur, substitution sensorielle, training autogène de schultz, entraînement bilatéral du cerveau, yoga, sophrologie ludique, rdc3, introduction à la rdc5, stimulation projective, neutralisation émotionnelle, mnésie best-of de l’année, programmation du futur annuelle, initiation à la pnl, danses indiennes, pensée positive, énergétique Taoïste méditation et do-in, surprise sophrologique réductive musicale, neutralisation émotionnelle de davroux, manence-rétromanence, le corps énergétique, rd2 et les 5 sens, voyage vers le soleil, rdc1 réactualisée, systèmes et couleurs, mémoire du rire, sophrologie pour enfants, yoga nidra, capacités-valeurs et tridimensionnalité, la mémoire consolée, défaire les liens, la sophro stimulation vitale, visualisation symbolisation, sophrologie dans tous les sens, rdc5 actualisée, le do-in, training autogène complet, gestion mentale, recueil de vivance, vaincre son trac, programme 90, yoga pour le dos, j’ai tout mangé le chocolat, bonjour lumière du jour, rdc2 actualisée 3ème système, réenchanter le monde, développer sa force de vie et d’affirmation de soi, 1 2 3 4 je pratique la sophro, sophronisons respirons pausons tout simplement, projets et mission : retrouver notre motivation avec l’aide des mentors, ma vie en 3 temps, je me détends et j’en vois de toutes les couleurs, une journée particulière, ludo au pays des couleurs, état d’esprit, émo+, méditation et peinture : peindre sans analyse ni jugement, manence et rétromanence, présence de la responsabilité, valentin valentine, ma capacité d’aimer, mes différents visages et moi, des sens à la créativité, tissularité, les temps d’autre soi, vivre sain, au cœur de nos émotions transformer du plomb en or, se souvenir des belles choses, crescendo vivantiel, résonances, présence, résonance puis émergence, présence encore et encore, appartenance à l’univers, le temps du temps pour soi, renaître, uni(e) vers l’être témoin du temps, la pensée positive, un peu de sel dans la sophro, retrouver son animalité, une intime métamorphose, atelier réductif, examen de conscience, le guerrier intérieur, autour du clown, dragon dragonne, et si, voyage voyage, que cherchons-nous, au cœur de mon cœur il y a, le corps la vie, reconnaître ses valeurs, sophro kaléidoscope, ouvrir les portes du diaphragme, les 4 invités, s’écouter écouter et s’accorder, voyage au son du tambour, nettoyage à la mode andorrane, renaissance phronique existentielle sur les 3 cycles, séance caricaturale expérimentale, rdc7 abrégée.

Je remercie les différents acteurs de ces rencontres, journées ou soirées :

Version:1.0 StartHTML:000179 EndHTML:020402 StartFragment:017738 EndFragment:020364 SourceURL:file:///C:/Users/miche/Documents/Mes sites Web/historique de la parenthese.htm HTML clipboard Abry Claire, Abtroun Myriam, Babey Martine, Ballet Danielle, Barel Bernard, Bariot-Couter Martine, Barreau Mireille, Baude Nadine, Bellègo Brigitte, Bénito Vanessa, Bernard Claude, Bernard Isabelle, Bernard-Orsini Marielle, Bernier Cécile, Berthon Annie, Besson-Barrago Florence, Bongars Lucie, Bouchet Nathalie, Bourez Annie, Brémand Aline, Brisac Noé, Browne Patricia, Buffard Micheline, Cagna-Vallino Christine, Cario Raphaël, Cézanne Gilles, Chave Bernadette, Cholat Marie Pierre, Commelin-Reynard Christelle, Cora Patricia, Corvisier Isabelle, Couter Martine, Darnon Thierry, Del Pino Laure, Diakonoff Véronique, Donner Sarah, Dufour Paul, Dumazet Isabelle, Duzan-Dimanche Bernadette, Esposito Richard, Fabiani François, Farkoa-Ponsaillé Brigitte, Fossé Evelyne, Froquet Marie, Fuz Agnès, Gachet Doninique, Gallo Annie, Gandonnière Agnès, Garesio Christiane, Gaudin Patricia, Gaudy-Demont Claudine, Gautheron Corinne, Gauthier Richard, Gelin-Vuaillat Véronique, Gibergues Patricia, Greiss Harris, Gringet Dan, Hullein Geneviève, Iacovella Patrice, Josserand Geneviève, Koprowiak Sylvie, Lacour Emmanuelle, Lacour-Chainard Jocelyne, Lagrave Saint-Genis Laure, Laleouse Patricia, Laurens Nathalie, Lavastre-Hirigaray Véronique, Lefevre Jean Marie, Lejeune Florence, Lemaire Delphine, Léotoing Jean-Michel, Lepage Jean Pierre, Leynaud Maude, Llobell Claude, Lopez Hubert, Lopez Ricardo, Luczak Maryse, Maillet Isabelle, Manent Geneviève, Martel Jocelyne, Martin Cristina, Martin Marc, Mazimann Sylvain, Miard Carol, Millet Eric, Minacori Michel, Momège-Carhlian Madeleine, Murgue Marie Laure,  Némoz Thérèse, Nicollet Annick, Oppikofer Christiane, Ouvrard Josline, Paillet Gilles, Paolin-Forêt Michelle, Papet Mireille, Paraskiova Joëlle, Pauliat Cécile, Péchard Jean Claude, Peix-Lavallée Clémence, Perez Christiane, Perrier Christine, Perrin-Niquet Annie, Petitbon Thierry, Philippe-Janon Jacqueline, Pinchon Nicole, Potié Claire, Pouzet Danièle, Prokop Catherine, Prost Frédéric, Raetz Dominique, Raffin Paule, Régnier Patrick, Richard-Nicolet Annick, Rigaud Christian, Robin Mona, Roche Marie-Claude, Roda Charles, Roggerone Magali, Romano Nathalie, Roué Brigitte, Sanchez Claudia, Sandevoir Bénédicte, Saquet Josie, Schnur Pascale, Séguy Céline, Sénéchal Dominique, Sergent-Petit Annette, Spies-Collet Hélène, Tabard Else, Terrasse-Cario Maryse, Thoral Véronique, Verney Fabrice, Viaud Véronique, Wiart Matthieu, Yuruker Fadime, Zeghouani Myriam, Zimmermann Pascal.

Mes remerciements également au groupe qui a pris en charge depuis quelques années avec dynamisme et créativité l’espace « livre-échanges » à savoir Noé Brisac, Nathalie Brero, Dominique Dallevet, Isabelle Dumazet, Véronique Lavastre-Hirigaray,Bénédicte Lardy-Sandevoir, Christiane Perez et Mona Robin. A celles qui ont pris la relève : Martine Couter, Agnès Fuz, Dan Gringet, Marie Laure Murgue, et Véronique Diakonoff.

De même qu’au deuxième groupe constitué, chargé des synthèses, avec Geneviève Josserand, Laure Lagrave, Souad Cartellier, Sylvana Martin et Valérie Jacquier.

Sans oublier évidemment Paul Dufour qui a permis, avant l’informatisation complète, de pouvoir, à moindre coût, éditer les différents journaux et en qui je sais pouvoir compter pour m’épauler. Ainsi que Cécile Bonhomme qui m’a aiguillé avec beaucoup de gentillesse et de professionnalisme dans les labyrinthes du web. Et pour finir Marie Laure Murgue qui me déleste avec application d’une partie des transcriptions.

Merci à vous qui permettez à l’aventure du RÉSEAU de LA PARENTHÈSE de se poursuivre (lecteurs, intervenants, participants, auteurs d’articles, etc.). Un grand merci tout particulièrement aux participants des journées puisque c’est leur droit d’entrée qui fait vivre économiquement le réseau.

Pour l’instant, et ce depuis le départ de l’aventure, le réseau fonctionne avec en toile de fond un accès au réseau et ces activités pour des sommes « modiques » dans le domaine du développement personnel. Je ne vous détaillerai pas ici comment cela est possible, mais en tout cas sachez que c’est aussi grâce à la participation active des membres du réseau (par exemple, les intervenants des journées de la parenthèse sont bénévoles, ce qui n’est pas le cas pour les intervenants des journées spéciales bien sûr), de plus j’ai réussi à dénicher des lieux permettant un accès pas trop onéreux au niveau de la location et enfin la communication par Internet permet de considérablement réduire le coût de la diffusion et des échanges. Tant que je peux conserver ces aspects-là, cela préserve cet état de fait, profitons-en car rien ne dit qu’un jour nous ne soyons pas contraints à augmenter la participation et comme disait la mère corse de Napoléoné Buonaparté : « Pouvou qué ça doure… » !

Pour compléter ce qui vient d’être relaté, je rajouterai que ce réseau a eu un début et connaîtra donc également une fin, que je souhaite la plus tardive possible, et que dans sa construction, dès sa naissance, cette finitude était déjà prise en compte, une « parenthèse » peut se refermer un jour… En effet, d’un point de vue financier, chaque fois que je mets en route un nouveau projet, une nouvelle rencontre, cela est déjà préalablement financé par le crédit permanent que je maintiens au niveau comptable. Cela me permet ainsi d’une part, de pouvoir mettre en route sans risquer de le remettre en question et, d’autre part, s’il devait un jour ne plus exister, et bien il ne se terminerait pas dans la souffrance mais simplement s’arrêterait avec une fin heureuse, par exemple en faisant la fête ensemble pour celles et ceux qui le souhaiteraient.

Fondements du réseau…

La Parenthèse est un espace de rencontre et d’expérimentation entre sophrologues, un réseau (et non une association) où sont accueillies avec une bienveillante subjectivité toutes les tendances du monde de la Sophrologie d’aujourd’hui, dans une dynamique d’ouverture ne laissant de place à aucune allégeance quelle qu’elle soit.

Il est le reflet, un état des lieux de la réalité de la sophrologie en Rhône-Alpes et, petit à petit, plus largement au niveau géographique.

J’espère qu’il nous permettra de nous rencontrer et par cela de continuer, chacun dans notre propre démarche, avec nos ressemblances et nos différences, à nous enrichir au contact de nos vivances et de nos expériences respectives.

Les différentes interventions des participants de ces rencontres sont effectuées en toute indépendance et sans aucune censure, l’objectif principal étant de nous permettre, hors de toute analyse et tout jugement, de vivre des expériences diverses et variées.

Chacun pourra ensuite, avec son professionnalisme, sa personnalité, sa conscience, faire le tri de ce qu’il extrait de positif pour lui, de ce avec quoi il est en accord, après l’expérience irremplaçable du comme si c’était la première fois et ainsi éventuellement décider, en toute liberté, en toute responsabilité et subjectivité que c’était peut-être en fait l’expérience du ” comme si c’était la dernière fois… ! “.

C’est donc un Réseau, garantissant la Liberté de chacun (et non une “Association” avec ses obligations, son bureau, ses assemblées générales, ses contraintes), ce qui explique que vous n’ayez pas de cotisation à régler, l’aspect financier étant soutenu par la participation des personnes présentes aux différentes manifestations organisées dans le cadre du Réseau, et ce, essentiellement lors des Journées-Rencontres proposées.

Actuellement, le réseau au complet est composé de 1348 personnes réparties pour 40% en région Auvergne-Rhône-Alpes et pour les autres sur la plupart des départements français (85 y compris La Guadeloupe, La Réunion et La Polynésie) ainsi que huit autres pays (Angleterre, Allemagne, Belgique, Canada, États-Unis, Luxembourg, Suisse et Grèce).

La connexion “Internet” leur permet d’obtenir les informations et le journal directement. Si vous souhaitez éventuellement pouvoir vous retrouver et échanger plus « localement » parallèlement à nos rencontres, il est nécessaire alors de me transmettre votre autorisation de paraître sur la liste accessible sur le site de La Parenthèse à la rubrique « membres du réseau » (classement sous deux formes, par ordre alphabétique et par ordre départemental).
C’est à cette seule condition que vous pourrez alors, dans le réseau, vous retrouver géographiquement (échanges, rencontres, covoiturage, etc.).
C’est peut-être ainsi que vous pourrez, si vous le souhaitez, créer votre propre dynamique dans votre région en créant une communauté, une association, un groupe ou un autre réseau.
Donc, pensez-y et si ce n’est déjà fait, allez consulter cette liste pour vérifier votre présence et si vous souhaitez y figurer (éventuellement, précisez-moi bien par courriel l’adresse que vous souhaitez faire paraître dans cette liste et vos compétences particulières).


Je vous invite donc à nous rejoindre dans ce Réseau et surtout à nous faire partager votre ressenti, votre savoir-faire, votre professionnalisme, votre enthousiasme, votre opinion, bref tout ce qui vous semble en rapport avec votre démarche personnelle et professionnelle dans ce vaste domaine lié à la relaxation dynamique.

Envoyez-moi vos textes, documents, séances, questionnements et informations diverses pour enrichir ce site par email ou simplement pour le plaisir, contactez-moi à contact@la-parenthese-reseau.org

Michel Billard

Passation de pouvoir de Michel à Matthieu en 2020


Ami(e)s de La Parenthèse,
En 1996, je m’étais donné des objectifs à la création du Réseau de La Parenthèse et ils ont été atteints grâce à vous. Il me reste une Mission, celle de rendre possible la pérennité de sa dynamique.
Mon récent changement de statut social a vu l’arrêt de mes activités professionnelles. L’absence de ces temps d’accompagnement des personnes et l’absence de nouvelles expériences de formations diverses pour y répondre, contribuent à transformer mon implication et surtout mon dynamisme à l’égard du Réseau.
Et puis, il me semble également évident que le renouveau du Réseau se fait bien évidemment par celui de ses membres autant que par celui de sa « gouvernance ».
Je vais donc maintenant entrer de plain-pied dans la phase délicate et souhaitable de la « Transe-Mission » au Réseau lui-même, en prenant le temps de la « Père-Mission » sans « Sous-Mission », afin d’en arriver à la phase personnelle de la « Dé-Mission ».
A ces fins, je suis en train de peaufiner la refonte totale du site qui, je l’espère, devrait être opérationnel l’été prochain. Il sera plus au « goût du jour » et ouvrant à de nouvelles possibilités d’échanges et de communication.
Parallèlement à cela, je vous invite à la réflexion sur votre implication et vos souhaits concernant le Réseau de La Parenthèse.
Peut-être y a-t-il parmi vous, une personne tentée par cette enrichissante expérience qui consiste à animer le Réseau ? Peut-être souhaiteriez-vous le faire sous une forme collégiale avec d’autres personnes, à la fois pour ne pas avoir une charge qui peut vous sembler trop lourde et un changement de mode d’animation plus collégial du Réseau ?
Je laisse tomber cette proposition « Radicale » dans vos consciences respectives en laissant les réponses émerger à leur rythme.
Si vous êtes intéressés, motivés, curieux à l’idée de reprendre le flambeau, contactez-moi et nous prendrons le temps ensemble du « Partage » à ce sujet.
Rien ne presse, je suis encore là, tout en étant déjà un peu dans ce moment espéré de la Transmission
Cordialement,
Michel

A la date du 14/10/2019, la constitution d’un groupe de gestion autour d’un nouvel organisateur principal est en court…
Je vous tiendrais au courant dès que ce sera plus concret.
Michel

Comme vous le savez sans doute depuis le précédent billet d’humeur, je suis dans la phase de transmission du Réseau que j’ai créé en 1996.Je suis dans la dynamique du recrutement des différents acteurs nécessaires à un fonctionnement plus collectif autour de la personne qui va prendre le relais, et qui souhaite redynamiser le réseau tout en respectant son essence-même : le partage et la diversité dans un accueil bienveillant.
Je m’adresse d’ailleurs plus spécialement à celles et ceux qui fréquentent assidûment les rencontres, afin qu’elles ou ils viennent consolider ce groupe de gestion en construction.
Le réseau a besoin de vous, comme il a besoin des groupes existants : livre-échange, synthèse et accueil.
Si vous souhaitez continuer à vous enrichir au sein du réseau, il est nécessaire que certain.e.s parmi nous viennent étayer la structure même de La Parenthèse.
Cela apportera une plus grande disponibilité et plus de marge de manœuvre à la personne qui va me succéder.
Si vous êtes partants, contactez-moi, il reste encore à cette heure deux postes à pourvoir sur les 9 nécessaires à la constitution de ce que j’appellerai le « groupe d’organisation » (nous avons déjà 4 personnes pour « gérer les entrées », 1 pour la « rédaction du journal », 1 pour la « comptabilité » qui appartient également au « groupe des entrées » et 2 pour la « gestion du matériel » auquel viendront se joindre les deux personnes espérées).
Dès sa constitution effective validée, j’informerai le réseau du nouvel organigramme du réseau.
Merci de votre attention.
Michel

Le groupe est constitué et le passage de témoin est prévu pour le samedi 14 mars 2020… Réservez cette date pour venir fêter cet évènement avec nous…

Discours d’accueil de la nouvelle équipe et du responsable futur du Réseau le 14 mars 2020

Je vous présente la nouvelle équipe : Else TABARD (rédactrice du journal), Agnès AMALRIC (gestion de la comptabilité et gestion des entrées), Virginie DOL (gestion des entrées), Christiane GARESIO (gestion des entrées), Gaël ARGOUD (Administrateur du site et gestion du matériel) Jean-François VUILLAUME (gestion du matériel), Christiane PEREZ (gestion du matériel) et Fabrice VERNEY (gestion du matériel).
En ce qui concerne le responsable du réseau, C’est la personne qui me semblait réunir au mieux les critères que je m’étais fixé pour me succéder à la dynamisation et l’organisation du Réseau. C’est un professionnel engagé, jeune, dynamique, à même de développer une communication plus moderne et d’orienter avec originalité le fonctionnement de l’ensemble du Réseau dans une continuité des valeurs de La Parenthèse. C’est également le bon moment, en cette arrivée du Printemps, pour envisager le renouvèlement du Réseau, un redéploiement novateur…
Je vous demande donc d’accueillir cette personne qui est présente depuis 2010 dans le Réseau et qui a, récemment, été l’animateur d’une de nos journées. 
J’ai nommé…

Matthieu WIART

Passage de témoin

Eh bien, ça y’est, le passage de témoin, à la tête du Réseau de La Parenthèse, s’est effectué le 14 mars 2020, après avoir été créé par votre serviteur en 1996 et animé pendant les 24 années suivantes.
Je suis fier de cette aventure et surtout très touché par votre soutien tout au long de celle-ci. Sans votre réponse positive à cette démarchedes simples lecteurs aux personnes participant aux rencontres, voire aux intervenants ou acteurs des groupes du livre-échange, de synthèse et d’accueil, je n’aurais pu en arriver là.
Nous nous retrouvons aujourd’hui avec un nombre de membres conséquents (près de 1300 bientôt), de multiples formations, départements et contrées.
Matthieu WIART va maintenant orienter notre Réseau, en étant entouré, à sa demande, d’une équipe constituée de personnes dynamiques aux multiples compétences, diverses sensibilités, formations variées, anciennetés diverses dans le réseau et, ce qui me semble très important, une mixité dans la répartition Femmes-Hommes de ce groupe dit de Gestion et Organisation.
Je suis heureux de sentir ce vent nouveau qui souffle dans les voiles de ce splendide et solide navire, La Parenthèse, d’autant que je ne reste pas à quai et vais pouvoir continuer ce périple avec vous, dans une posture confortable et enrichissante.
Bonne route, Capitaine Matthieu, et à tout votre équipage ainsi qu’à tous vos voyageurs de la part d’un futur passager, très reconnaissant de pouvoir passer de « Maître du Temps » à « Goûteur du Temps ».
A bientôt, à vous toutes et tous, pour de nouvelles escales à découvrir, que nous pourrons ensuite conquérir pour nous amener peut-être à nous transformer.
Michel Billard
PS : Rassurez-vous, je reste toutefois un Sophro-Agitateur !

Message de Matthieu

Ma Parenthèse
La 1ère fois où je suis venu assister à une journée à La Parenthèse en 2013, je venais d’apprendre que ma femme était enceinte de notre 1er enfant.
La dernière fois que j’assiste à une journée à La Parenthèse, aujourd’hui le 14 mars 2020, le croyez-vous ? j’accueille mon 2ème enfant, né hier matin un vendredi 13.
Ainsi, 6 années de Parenthèse, d’échanges avec vous, d’apprentissages, d’élargissement, de transmission où mes 2 enfants symbolisent à mes yeux, pour l’un mon entrée, et pour l’autre, ma sortie de ma Parenthèse reposante ici.
Demain, une autre Parenthèse s’ouvre à moi, grâce à Michel qui me fait l’honneur de sa confiance et de sa reconnaissance par la transmission d’un adulte de 24 ans.
Un adulte qui a beaucoup de « followers » dans son réseau, il parait qu’ils sont 1300 sophrologues à le suivre. Ils sont de partout, de Lyon et sa région, et d’ailleurs, de France mais aussi certains de plus loin encore, à le suivre mais surtout à le faire vivre, à l’élever et à l’enraciner cet adulte de 24 ans.
Car, les journées, les ateliers, les intervisions, les journaux, les pratiques, les échanges, les liens, les transmissions, sont les nutriments qui ont permis au réseau d’être ce qu’il est aujourd’hui, un être unique. Unique, oui, car il n’existe pas similaire ailleurs.
Un réseau qui nous invite à la contagion saine de nos pratiques, de nos sensibilités, de nos expertises, de nos réussites, mais aussi de nos difficultés traversées et constructives, avec toute notre authenticité et toute notre entièreté.
Mon souhait pour La Parenthèse, je vous le partage en 5 mots :
1. Transmission (De toutes et tous, vers toutes et tous)
2. Expérimentation (De pratiques, de regards, de méthodes, de projets)
3. Création (de nouvelles passerelles entre nous, de nouvelles réponses aux besoins des membres du réseau et de nos sophronisants)
4. Exploration (De notre intériorité, de nos vivances, des applications de la sophrologie, des ponts avec d’autres pratiques, des différentes approches, des différents publics)
5. Liaison (Entre les membres, mais aussi avec les institutions de la sophrologie/les écoles, les structures où la sophrologie est présente, et entre les territoires/régions)
Un équipage de 8 personnes m’aidera au bon fonctionnement des activités du réseau, je les remercie chacun, Christiane, Else, Gaël, Virginie, Jean-François, Agnès, Fabrice, Christiane.
J’invite le groupe du livre échange et le groupe de synthèse à poursuivre leur bel engagement pour le réseau et j’invite tout un chacun à apporter idées, envies, propositions de projets dans une boite apportée ce jour que j’ai nommé « Le journal de la Parenthèse à venir » et que j’apporterai également à la prochaine journée.
Reste encore dans les prochaines semaines à Michel et moi de poursuivre cette transmission de gouvernail, de terminer le déménagement des calles, de remettre un ou deux coups de peinture à la coque (valider le nouveau site Internet), et d’amarrer le navire dans son nouveau port. Et c’est véritablement après cela que la Parenthèse prendra le nom (administratif seulement) de Réseau La Parenthèse, mais restera « La Parenthèse », et organisera sa prochaine journée le 3 ou le 10 octobre que j’orchestrerai. Je vous invite alors à embarquer prochainement dans ma nouvelle Parenthèse.
Gratitude profonde à son fondateur et animateur depuis 1996 doué de qualités fédératrices, généreuses, rigoureuses, à l’engagement passionné, qui a su nous donner son amour, son amitié, son humanité, son humour et sa poésie, pour les sophrologues et les femmes et hommes que nous sommes, merci infiniment Michel de nous avoir embarqué dans ta Parenthèse.
A Michel, à tous, rendez-vous pris en octobre pour la prochaine journée d’échanges et de rencontres, inscriptions à venir avant l’été.
Chaleureusement.
Matthieu WIART

Le témoin est passé concernant la « gouvernance » de notre Réseau et voici comment s’est terminée la journée-rencontre charnière de sa transmission du 14 mars 2020… en chansons.

Maintenant, pour terminer cette journée extraordinaire en musique, comme nous l’avons commencé, et plutôt que de faire un discours comme je l’ai souvent fait, je me suis dit qu’il me fallait trouver autre chose, comme un défi personnel et vous en faire cadeau (enfin j’espère que cela en sera un !), d’où l’idée de chanter en solo un texte proche de ce que j’éprouve dans cette situation.

Cette très belle histoire d’amour…

Elle fut longue la route,
Mais je l’ai faite, la route,
Celle-là, qui menait jusqu’à vous.
Et je ne suis pas parjure,
Si ce soir, je vous jure,
Que, pour vous, je l’eus faite à genoux.
Il en eut fallu bien d’autres,
Que quelques mauvais apôtres,
Que l’hiver ou la neige à mon cou,
Pour que je garde patience,
J’ai activé la confiance.
Cette très belle histoire d’amour, c’est Vous.

C’est donc, un jour, du mois de mars,
Vous êtes tous venus comparses,
Ici même, vous en souviendrez-vous ?
A vous regarder sourire,
A vous aimer, sans rien dire,
C’est là que j’ai compris, tout à coup,
J’ai bien fini mon voyage,
Je peux poser mes bagages,
Vous êtes venus au rendez-vous.
Qu’importe ce qu’on peut en dire,
Je tenais à vous le dire,
Ce jour, je vous remercie de Vous.
Qu’importe ce qu’on peut en dire,
Je suis venue pour vous dire,
Cette très belle histoire d’amour, c’est Nous

Qu’importe ce qu’on peut en dire,
Je suis venue pour vous dire,
Cette très belle histoire d’amour, c’est Nous.


Michel
(Adaptation de la chanson de Barbara « Ma plus belle histoire d’amour »)

Contactez-nous

Inscrivez vos coordonnées ainsi que votre message

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?